Apprendre, seconde partie

Sur http://l-ecole-a-la-maison.com, un nouvel article nous apprend comment apprendre et vient compléter l'article précédent: http://l-ecole-a-la-maison.com/l-apprentissage-suite.htm

apprentissage apprendre livre ecoleadomicile.frL'article précédent distinguait les savoirs importants des autres. L'école a tendance à faire du "bourrage de crâne" avec plein de savoirs pas forcément très utiles, comme par exemple la composition des assemblées territoriales. L'enfant a-t-il besoin de savoir de quoi est fait le Conseil général, institution déjà en soi peu utile du système politique français surpeuplé ? L'école fait même apprendre tout ça par cœur.

Le parent qui enseigne à son enfant à domicile, qui fait l'école maison ou simplement du rattrapage le soir ou le mercredi après-midi, peut faire d'autres choix. Pourquoi et comment faire un choix parmi les savoirs ? La vitesse de pointe du TGV est-elle aussi importante que la notion de bien public, tel que décrit par Nicolas Machiavel dans Le Prince ? Non, la vitesse du TGV est une donnée fluctuante et non-structurante pour l'esprit, puisqu'elle ne permet pas spécialement

  • de favoriser la pensée,
  • d'augmenter la valeur de la pensée,
  • de faire un bien spécifique à celui qui pense.

Nous avons là les critères fondamentaux du savoir structurant, c'est-à-dire utile. En revanche, la lecture du Prince remplit ces conditions et produit invariablement une augmentation de la pensée, de la valeur de la pensée et produit un bien qui, en l'espèce, passe notamment par deux axes machiavéliens: la notion de bien et de mal en ce monde et le discernement pour favoriser le bien.

Apprendre pour se construire

On sent tous que les textes ont des dimensions variables. Cette dimension dépend du pouvoir structurant de ces textes. Il y a des textes ou des savoirs qui élèvent la personne, qui la "structurent", c'est un tout petit nombre et il n'y a pas besoin de courir le monde pour les trouver, ils sont tous à votre portée, c'est une chance d'ailleurs, mais il faut quand même aller les chercher parce qu'ils ne viendront pas à vous tout seuls.

Il y a d'autres savoirs qui ne produisent rien, la grande masse médiocre, qui elle vient à vous et vous envahit, vous inonde en permanence, et contre laquelle il faut souvent se battre. Que ce soit la télé, la radio, les médias sociaux, c'est une avalanche constante de fausses valeurs, de citations à deux sous, de principes en plastic, d’œuvres au rabais, de bons sentiments, une marée de larmes, une hécatombe de sourires convenus, bref, c'est le tout-venant.

D'autres enfin déstructurent, c'est-à-dire sont carrément nocifs pour le lecteur; un nombre réduit mais croissant en période de trouble ou de chute civilisationnelle. Ils vont tenter de toucher votre enfant tôt ou tard, à votre insu, et donc vous allez y parer en forgeant l'âme de l'enfant de manière à ce qu'il ne se laisse pas corrompre: un enfant qui a reçu de bons savoirs, structurants, a en lui des contrepoisons qui lui permettent de reconnaître du premier coup d’œil ce qui est dangereux pour lui et, mieux encore, va effacer au fur et à mesure de sa mémoire ce qui le blesse. Un enfant à qui on a donné du bien, du beau, du bon, a une tendance naturelle à oublier ce qui n'en vaut pas la peine et ce qui est néfaste pour lui (à vous de ne pas cultiver ces choses-là, de ne pas les lui rappeler etc.).

En revanche, c'est beaucoup plus difficile de donner à un enfant de quoi lui permettre de distinguer ce qui ne lui apporte rien. En général les enfants savent très bien ce qui est mauvais ou dangereux mais ils sont désarmés face au (la suite sur http://l-ecole-a-la-maison.com)

L’enfant apprend

enfant apprend tete apprendre http://membres.l-ecole-a-la-maison.comLe blog l'école à la maison vient de publier un article sur l'apprentissage des enfants et des jeunes. L'enfant apprend et il a souvent du mal.

Comment l'aider ?

Apprendre à apprendre est la clé. Les parents ont un rôle crucial à jouer, sans quoi l'enfant ne saura jamais apprendre autrement qu'en faisant du par-cœur.

L'article apporte une réflexion et des astuces sur ce thème qui est toujours très délicat, car les enfants renâclent souvent lors de l'apprentissage obligatoire d'une leçon et c'est un combat épuisant pour les parents.

S'il y a une chose qu'il vaut mieux éviter, c'est le conflit au moment des leçons. La plupart du temps, l'enfant préférera éviter cette épreuve imposée et vous dira qu'il veut apprendre seul. Plus tard, dans la suite logique des choses, il vous dira qu'il n'arrive pas à apprendre avec mille raisons, et même dira qu'il est nul et n'y arrive pas.

Apprendre à apprendre, le rôle du parent ou de l'enseignant

Beaucoup plus que les données elles-mêmes, le plus important est d'apprendre à l'enfant comment apprendre. Certes, lorsqu'il est petit, il apprend, en commençant par des choses simples, puis du par-cœur. Mais bientôt, grâce à l'adulte, l'enfant apprend à apprendre. Et cela passe par un plaisir d'apprendre.

"En fait, l'enfant développe des parades défensives et renâcle parce qu'il n'a jamais été mis en situation d'aimer apprendre naturellement. Or, sitôt que la situation est favorable, que les conditions sont créées, l'enfant apprend volontiers et sans s'en rendre compte."

L'intérêt de l'article est de montrer que tout peut s'obtenir en douceur !

Si l'enfant fréquente régulièrement un savoir, il l'intègre mieux. S'il prend l'initiative de le fréquenter et de le reconstruire, il l'intègre définitivement. La participation, comme le montre l'article, est donc une clé fondamentale.

Cela s'appuie sur de longues études neuroscientifiques que nous n'allons pas développer ici mais un fait est patent: l'apprentissage et l'ancrage des savoirs dépend de la manière dont les savoirs sont présentés. Tout est à inventer et les possibilités de l'adulte dans ce domaine sont non finies.

C'est donc là que se situe l'effort des parents et des enseignants.

Car ce sont bien les adultes qui, en l'occurrence, doivent apprendre. C'est eux qui vont mettre en route une autre logique que la simple exigence de résultats. Ils vont donner les moyens intérieurs à l'enfant d'apprendre.

L'auteur propose plusieurs trucs dont nous reparlerons. Une suite doit paraître très vite.

A lire ici: http://l-ecole-a-la-maison.com/l-apprentissage.html

Maman ou prof ?

Maman ou prof, la question se pose parfoisDois-je être maman ou prof ?

La question nous est souvent posée sous diverses formes et revient régulièrement. “Dois-je être une maman-prof ou une maman maman ?”, nous demande Annie. Il y a une autre question qui conduit à la même analyse : comment faire avec mes enfants, ne vont-ils pas se disputer, arriverai-je à les tenir, parviendrai-je à les faire travailler ?" Et cette question qui nous arrive ce matin, très bien formulée: “Ma crainte est de ne pas savoir gérer les enfants toute la journée, non pas en terme scolaire mais en terme de gestion de certaines attitudes, de conflits qui peuvent émerger entre eux. Et s’ils ne veulent pas travailler avec moi ? est-ce qu’ils ne vont pas se croire en vacances ?”

Ne pas mêler différents plans

La difficulté est qu'on mêle souvent différents plans. Le risque est d'utiliser des ressorts affectifs qui ne vont pas aider l'enfant. Il y a lieu de faire la part des choses. Etre parent, puis être enseignant. Chaque instant a sa richesse et l'art consiste à bien distinguer les deux rôles. L'exercice n'est pas aussi difficile qu'on pourrait le penser. L'enfant, pour se construire, a besoin d'un regard objectif sur son travail. Et de vrais parents en-dehors des cours qui ne le jugent pas en fonction de ses résultats.

Quelles sont les techniques qui permettent d'y arriver ? Rémy et Cécile ont une solide expérience en la matière. Ils partagent avec les parents ce qu'ils savent. C'est l'un des points cruciaux qui interrogent beaucoup les parents qui réfléchissent à faire l'école à la maison. Mais la question concerne aussi les parents-enseignants qui font des cours de soutien à leurs enfants.

Le but étant de construire l'enfant sur les deux plans que sont le travail et l'affectif.

Cette question est l'objet d'un nouvel article que vous pouvez découvrir ici:

http://l-ecole-a-la-maison.com/maman-maman-ou-maman-institutrice-papa-ou-enseignant.html